Tout comme toi, je…

Lettres à un.e Humain.e

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je m’interroge sur ma place, ma participation à ce vivant

J’i­ma­gine être une obser­va­trice, une ana­lyste, qui a appris à sai­sir le Vivant avec des don­nées sta­tis­tiques, de géné­tique, d’é­co­lo­gie poli­tique.
Je fais par­tie de cette tri­bu où, de père en fils,
de Pères d’E­glise en prêtres,
nous est ensei­gné que l’homme est l’a­bou­tis­se­ment de l’é­vo­lu­tion
et où l’on nous enseigne le dogme selon lequel Dieu dit à l’homme :
« Fais fruc­ti­fier, maî­trise les ani­maux, les végé­taux ».
Je fais par­tie de cette géné­ra­tion qui observe les dérives graves,
assas­sines,
de telles croyances,
pri­vant l’être humain de son appar­te­nance au Vivant.
Le pri­vant de sa capa­ci­té à vivre avec les êtres autres qu’­hu­mains
et d’ac­cep­ter sa ou ses peurs face à ces êtres.

 

Christine — 55 ans — DONGELBERG

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je me sens comme une rivière avec ses pierres au fond

Je suis une loutre qui bati­fole,
un oiseau qui s’en­vole,
un ours qui grogne dans son som­meil,
une coc­ci­nelle qui virevolte.

Je suis un rayon de soleil qui danse sur l’eau,
un grain de sable qui roule sur le dos,
des frères et soeurs qui font la faran­dole,
un insecte qui colle,
le chant d’un oiseau,
une fleur qui éclot,
une hiron­delle qui fait son nid,
un paon qui fait la roue.

 

Clémence — 44 ans — PANTIN

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je sens un besoin de me reconnecter dans la joie

Sen­tir que nous sommes tous reliés,
toutes et tous pro­fon­dé­ment UN.
Quand la Vie s’offre à tra­vers mes res­sen­tis,
même dou­lou­reux,
je me sens recon­nais­sante de pou­voir tou­cher cette pro­fonde connexion.
Être vivants ensemble, dans l’ac­cueil de ce qui nous tra­verse.
Com­pas­sion et amour pour ce qui vit et se vit à tra­vers moi, à tra­vers nous.
Vibra­tions sub­tiles et rayon­ne­ments flam­boyants.
Quelle beau­té quand je regarde la Vie avec le coeur du coeur !
Dou­ceur de tis­ser avec toutes les formes de vie
dans la joie, la confiance et l’hu­mi­li­té.
Je t’aime VIVANTE VIE QUI COULE A TRAVERS MOI.
MERCI D’ÊTRE FIDÈLE AU FLUX DE NOS ÂMES ♥

 

Tylie — LOUVAIN LA NEUVE

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je me sens reliée, vivante, à l’écoute de moi-même et de ce que l’extérieur change en moi

J’en­tends tout un tas de choses
que je ne soup­çon­nais pas être en lien avec moi,
j’en­tends l’his­toire de tout ce qui a pré­cé­dé ma venue au monde,
de tous les ancêtres,
les ani­maux,
les êtres pri­mi­tifs,
la Terre avant qu’elle ne porte la Vie,
l’ex­plo­sion ori­gi­nelle de notre his­toire,
qui a per­mis que nous soyons réunis ici et maintenant.

Et en une frac­tion de seconde, je revis tout ça.

 

Sylvie — 56 ans — BRAINE-L’ALLEUD

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je crois que tout se résume à l’amour

L’a­mour de soi, des autres,
autres humains,
tout comme les êtres autres qu’humains…

Le res­sen­ti…
Joie, légè­re­té, puis­sance, force

des fois des fortes dou­leurs
ou de la tristesse.

Parce que le Vivant est en lien avec ce qui doit par­tir aussi.

J’aime bien les arbres, le végé­tal.
L’hi­ver je leur fais des câlins,
le prin­temps encore plus,
du style
« Bon­jour et bon retour !
Contente de te voir te déployer ! »

Vivant…
… des fois dif­fi­cile
dans une socié­té
qui est à la dérive
s’at­ta­chant à des sys­tèmes et orga­ni­sa­tions deve­nus obso­lètes,
hors sol,
plus en lien avec ce qui vit.

Vivre, obser­ver, être…
Aimer.

 

Virginie — entre 7 et 51 ans — NAMUR

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je sens la joie couler dans mes veines

Mon coeur vibre d’être sur cette Terre.
Même si, pétard, c’est pas tou­jours facile d’être humaine.
Mais bon, en géné­ral,
je suis plu­tôt contente et heu­reuse des cadeaux que je reçois.
Un toit accueillant, de la bonne nour­ri­ture, une famille liée par l’a­mour.
VIVANT.E
Je suis vivante et rien ne peut arrê­ter cela.
Rien ni per­sonne. Nulle part. Héhé…
Sauf la mort, ha ha !
N’y pen­sons pas.
Enfin si,
nais­sance, mort, renais­sance, mort, renais­sance, mort.
Pas de sou­ci d’y pen­ser.
On est passager.ère.s de la Terre.
Pas nés pour tou­jours. Heu­reu­se­ment.
Tou­jours !
Qu’est-ce qu’on ferait de ce mot beau­coup trop grand pour nos petits bras.
Des petits bras d’humain.e.s.
Mais des coeurs immenses !
Immense, infi­ni, tou­jours.
Ben voi­là qu’on est des Dieux et Déesses !

 

Éléonore — 38 ans — GESVES

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je me sens pleine d’espoir et très impatiente

Je veux voir tout cet amour briller, rayon­ner, réchauf­fer, nour­rir.
Que ce soleil sorte des nuages.
Je veux des jours d’é­té,
dans des champs de coque­li­cots,
avec des chiens qui jouent,
des enfants qui rient en gran­dis­sant.
Des amou­reux et des amou­reuses enlacé.e.s,
retrouvé.e.s de par-delà le temps.
Et on joue,
et on chante,
et on danse,
et on tisse,
et on noue,
et on creuse,
et on sème,
et on com­poste.
On est canal, mem­brane.
Ça coule en nous,
au tra­vers de nous,
autour de nous.

 

Amandine — 42 ans (ah non 38 en fait) — SYSTÈME SOLAIRE, SPRIMONT

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je vibre d’Amour, de gratitude et d’émerveillement

Je bénis la vie d’être née à cette époque 

faite de tour­billons
qui nous font perdre la tête, 

faite de draches
qui nous net­toient de nos émotions, 

faite de tem­pêtes
où l’on s’ac­croche aux autres,
et on res­sent la joie d’être reliées, 

faite aus­si d’arc-en-ciel
où se déploie la Lumière Divine
dans toutes ses nuances vibratoires, 

faite de pauses enso­leillées
où on se re-pose et se réchauffe les coeurs,
on honore les arbres qui sont tom­bés
et on célèbre avec ceux qui sont tou­jours debout.

 

Jehanne — 39 ans — VEZIN

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi mon coeur s’emballe, j’ai peur, l’air me manque

Puis le dehors m’ap­pelle.
Vite je sors.
Le vert arrive en poin­tillé
tel le bruit des vagues
et petit à petit apaise mon coeur.
Les plantes sont là
comme des sen­ti­nelles qui m’at­tendent pour me dire Slow Down !
Les arbres m’en­tourent et m’ouvrent leur bras.
Petit à petit,
pas après pas,
res­pi­ra­tion après l’autre,
nous nous don­nons à l’autre.
Je me fonds en eux,
ils sont en moi. 
Nous res­te­rons irré­mé­dia­ble­ment liés,
empreints l’un de l’autre.

 

Florence — SAINT-GÉRARD

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je ressens en moi couler dans mes veines le chuchotement des Anciens

S’in­vite en moi de me déchaus­ser et de sillon­ner les sen­tiers pieds nus
pour apprendre par mes pieds.
En chaque pas,
en chaque tex­ture,
je goûte aux mur­mures des Anciens m’en­sei­gnant la science,
non plu­tôt l’Es­sence de la Vie
et dépo­sant en mes plantes de pied la foi en mes pas,
la foi en la jus­tesse de mon che­min.
En écri­vant ces mots,
je me sens en réunion de famille,
en ren­dez-vous…

 

Nathalie — WAVRE

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi je me sens connecté, je sens mon coeur battre

J’ai envie de chan­ter,
de dan­ser,
d’ap­prendre
et d’en­sei­gner.
Je ris et je fais rire,
je vis et je fais vivre !
Je cherche et je trouve un sens au temps qui passe.
Je vois les cou­leurs
et je sens leur cha­leur…
J’ou­blie mes peurs
et retrouve le bon­heur !
Comme j’ai un grand coeur !!!
Tout est dit !

 

John — NAMUR

Quand j’écoute mon ressenti par rapport au Vivant, tout comme toi j’ai le coeur qui devient plus vaste

Je me sens faire par­tie d’une immense famille, 
une his­toire très ancienne.
Je res­sens une expan­sion qui me donne un doux ver­tige,
me rend ivre de Beau­té :
le miracle tou­jours recom­men­cé du Vivant,
l’a­bon­dance écla­tante de la Vie.

Toute cette Beau­té
cette sau­vage foi­son­nance
toutes ces mer­veilles du Vivant
que sont chaque être.

Les cou­leurs
les par­fums
les tex­tures
les formes
les chants

cet élan infi­ni de Vivre
qui s’ex­prime
se dit
s’in­carne
se danse
avec une telle créa­ti­vi­té
tou­jours recommencée

Et si en plus je me mets à son­ger
à ces paillettes d’é­toiles
qui com­posent le Vivant…

Cette Terre
notre pla­nète
ce joyau sublime de l’Univers

toutes ces condi­tions par­faites
ces fra­giles et pro­di­gieuses alchi­mies
ces déli­cats équi­libres
ces hasards mira­cu­leux
qui per­mettent l’ex­pres­sion de la Vie
cette pro­fu­sion de mer­veilles et d’ac­cords par­faits
la sub­ti­li­té de ces liens qui relient tout l’en­semble
ce mycé­lium de Lumière

Je suis en Amour
je suis en extase
bouche bée

Que suis-je
sinon l’é­cho de ce ravissement ?

 

Valérie — 48 ans — UCCLE

 

 

Der­nière pho­to de cette page :

Natha­lie Frennet ♥

 

Nous soutenir

 

Compte Trio­dos

IBAN BE34 5230 8120 0290

 

Nous contacter

 

+32 475 20 77 13

info@boatamo.be